Bosquet d'Eucalyptus
Naomie Shemer
D'après la chanson de Naomie Shemer - traduit de l'hébreu et adapté par J.R. Weill.


Comme elle était jeune et belle, ma petite mère,
En débarquant dans ce désert.
Bien vite, s'évertua notre père
A construire notre maison sur la colline.
Et les printemps se succédèrent,
Un demi siècle s'est écoulé,
En mèches blanches se transformèrent
les boucles brunes.

Or sur la rive du Jourdain
Rien ne sembla s'être passé ;
Même silence, même apparence;
Un odorant bosquet d'Eucalyptus,
Un pont,
Une barque,
Une brise salée qui effleure les eaux.

Au sein du foyer a surgi
Une joyeuse nichée d'enfants
Qui barbotèrent dans le Jourdain.
Les gosses ont grandi et surent tôt nager,
Leur jeunesse affronta l'ouragan des années.

Or sur la rive du Jourdain
Rien ne semble s'être passé ;
Même silence, même fragrance,
Vastes ombrages d'Eucalyptus,
Un pont,
Une barque,
Une brise salée qui affleure les eaux.

Les canons ont tonné par dessus le Jourdain
Mais la paix nous revint à la fin de l'été.
Et devenus des hommes, les enfants de naguère,
A leur tour sur notre colline
Se sont bâtis à chacun sa maison.

Or sur la rive du Jourdain
Rien ne semblera se passer ;
Même silence, même semblance,
Une forêt d'Eucalyptus,
Un pont,
Une barque,
Une brise salée qui caresse les eaux.




Hommage à Naomie Shemer


 

J.R. Weill